La Désorientation, projet de réorientation pour randonneurs : carte blanche à l'association Lieux Dits Scénographies autour de l’événement IN SITU 0.8 Rencontre création en Camargue.

La Désorientation est la création de 3 circuits de randonnée piétonne au départ du centre-ville d'Arles depuis le quartier de Trinquetaille jusqu'en Camargue. Les éléments symboliques et la signalétique spécifiquement conçus pour ces parcours jouent de façon décalée sur la réappropriation du paysage camarguais en faisant appel aux structures anthropologiques de l'imaginaire. La Désorientation propose une toute nouvelle relecture de ce territoire.
       
Dans ce sens, l’œuvre sera le déplacement du spectateur/randonneur et s’appuie sur l’idée d’un parcours aussi bien physique que mental. C’est par l’expérience de la marche et son implication dans l’imaginaire que le public fera le lien entre plusieurs niveaux de réalités. Par le changement de point de vue, le doute et  l’initiative, les promeneurs sont confrontés à différents choix. ils se réapproprient l’environnement qui les entourent par l’expérience et le vécu, autour d’une carte follement à côté du réel.
A cette fin, une carte sera le support principal de la manifestation et sera disponible dans les endroits/lieux culturels et touristiques habituels. Au design familier, mettant en frottement vues satellite retouchées, tracé des différents parcours, légende et itinéraires rédigés, la carte se révèle comme oeuvre graphique.
Dans le paysage, des interventions concrètes pourront faire apparaître d’autres systèmes de repérage comme le balisage, la pancarte, le symbole, la trace, l’empreinte.

Trois circuits aux différentes thématiques, différents points de départ et différentes durées sont proposés et se feront écho : Le Mas du Grand Arbaud comme encrage, les randonneurs auront le choix entre un itinéraire au départ d’Arles, un itinéraire accessible aux VTT et un itinéraire essentiellement pédestre. Afin d’atteindre différents publics, chaque circuit défendra une ligne directrice et pourra être assimilé à une couleur, une forme, une thématique ou encore un système de marquage.


La proposition sera ponctuée par des rendez-vous répartis sur la durée de l’événement en réunissant, autour des publics, spécialistes, théoriciens et artistes.

Conception scénographique d'un village éphémère Le Caravansérail à partir de 25 containers dans le cadre d'un projet de renouvellement urbain dans le quartier Mireuil (La Rochelle) commandité par L'Astrolabe - juin 2012.
Implanté au cœur d'une zone en pleine transformation urbaine, l'idée est d'embarquer habitants de Mireuil, associations, rochelais et touristes dans l'univers des Mille et une nuits, des contes et des mythes de la méditerranée afin de créer un trait d’union entre un passé et un futur pour s’inscrire dans un présent en mouvement.

Le module container devient le support d’architecture mobile, métaphore des interrogations d’un monde en transition. Ce module unitaire repérable est prétexte à la transformation par les jeux de tôle, de déstructuration des volumes cubiques par l’empilement déporté, la rotation. Ils sont assumés comme matière sculpturale offrant une architecture évolutive, déployée et dynamique. Les containers ouvrent une palette de variations possibles des espaces pour lutter contre le “tout vu”, “tout voir”, contre l’unité.

Différentes étapes seront proposées tout au long de ces trois ans, des ateliers, des évènements, des interventions de différents artistes et artisans viendront nourrir cet imaginaire oriental et inviteront les habitants à inventer ensemble un mode de vie commun, participatif et original.
Dans un rapport entre l’individualité et le collectif, le village s’affirme comme le lieu dynamique de la responsabilisation, de l’initiative, générées par une vie associative dense.

 Le projet triennal sera ponctué par plusieurs évènements annuels et trouvera son apothéose en 2013 par un spectacle associant artistes professionnels et amateurs.

deuxième phase du projet : réalisation de la Porte des Regards en avril/mai 2011.
Inauguration de la Porte des Regards le 4 juin 2011 parc Kennedy avenue de La Résistance.
Elle viendra s’implanter sur face au bâtiment “Le Manet” dont la démolition est prévue dans l’été. Elle offre un autre point de vue, une percée sur ce paysage qui aura accueilli 50 années d’histoires de vies. 

3ème phase du projet : Construction du village de janvier à juin 2012.
 

Inauguration du village le 7 juin 2012

Conception et réalisation d'une machine à eau, lors d'un exercice encadré par Michel Crespin. Présentation au public dans le cadre du festival Jours de Fête à St-Herblain 13, 14 et 15 septembre 2008
construction et montage avec Gaëlle Dauphin et Magui Kampf
L’ARBRE PURIFICATEUR D’EAU.
Il aspire l’eau de la marre par les racines, remonte le long du tronc et des branches et  fabrique des fruits-bouteilles d’eau. Lorsque les fruits sont mûrs (remplis d’eau), ils tombent au sol et le public n’a plus qu’à les ramasser pour se désaltérer.

repérage des lieux
Principes mécaniques
Conception et construction du dispositif scénographique sur la création d’un théâtre végétal et du spectacle Dame Catherine au jardin par Catherine Gentil - à la Maison de la vie rurale de Pouzauges - 05/07/08-03/10/08.
en binôme avec Emmanuel Larue
Spectacle déambulatoire pour une comédienne.
  • prise en chage de la scénographie, de la construction et du montage.
  • parcours à travers le jardin botanique de la Maison de la vie rurale.
  • avec sa charette, petit théâtre ambulant, la comédienne conte des histoires végétales.
  • prise en charge du parcours.
  • création de stations scénographiées.

Assistante de la scénographe Céline Lyaudet sur la création du spectacle Kabarê Flottant par Charlie Windelschmidt et la cie Dérézo - tournée à Landeleau et le long du canal de l’Aulne - 03/07/06-05/08/06.
  •  Aide à la conception de la scénographique
  • Participation à la construction du dispositif scénique
Régie plateau pendant la tournée au fil de l’eau en Bretagne